Page Précédente ¤¤¤¤¤¤ Musique.evous [ Janvier 2009] ¤¤¤¤¤¤ Page suivante

 

 
 

¤ Interview de Najoua BELYZEL par Musique.evous ¤ Seconde Partie

<>

Après avoir connu le succès en 2005 notamment grâce au tube Gabriel, l’année 2009 résonne comme celle de la Confirmation pour Najoua Belyzel. Avec au programme la parution d’un deuxième opus très attendu qui comprend notamment un duo avec Marc Lavoine, la jeune chanteuse espère bien imposer son style inimitable sur le marché français du disque.
Avant la sortie d’"Au féminin", elle est revenue pour Musique.evous sur l’enregistrement de cet album qui lui tient tant à cœur. Rencontre.

 
Musique.evous.fr : Bonjour Najoua. Comment l’idée de La Bienvenue comme premier single t’est-elle venue ? 
Najoua BELYZEL : J’ai écrit cette chanson après avoir fait un rêve très bizarre où j’étais rejetée du Paradis. Ca m’a beaucoup travaillé et à ce moment là, j’étais en train d’écrire un texte sur une fille qui était triste mais dont on voyait toute la beauté quand elle pleurait. J’ai décidé de lier le thème du rejet avec la beauté de cette fille, tout en restant dans le thème du point de vue féminin. 
Je me suis rendu compte que tout le monde s’est un jour senti envahi par le sentiment de rejet, que ce soit au niveau de la culture, de la religion ou de la sexualité. J’ai trouvé que c’était vraiment un thème universel. J’ai pensé que c’était ce morceau qui allait mieux représenter le premier single, plutôt que Au féminin
 que je trouvais trop engagé pour un retour. J’avais besoin d’arriver avec quelque chose de plus universel et de plus léger, qui concerne tout le monde. 
Musique.evous.fr : Parle-nous du clip que tu as tourné pour cette chanson... 
Najoua BELYZEL : Dans la vidéo, je joue une poupée qui vit, qui grandit et va à la recherche du monde humain. En avançant, je me rends compte qu’il y a des gens, presque des monstres, qui forment un cercle. Je me rapproche de ces gens qui sont en train de battre un ange. A ce moment là, je suis choquée de voir comment les êtres humains traitent les anges mais une petite fille arrive pour me ramener à l’essentiel, à ce que pour quoi mon personnage est fait : donner du rêve aux enfants dans un monde de poupées. 
Musique.evous.fr  : Pourquoi avoir choisi Marc Lavoine pour interpréter avec toi la chanson Viola ? 
Najoua BELYZEL : J’avais besoin d’un homme qui soit doux, qui représente quelque part la sensibilité au féminin mais qui reste fondamentalement masculin. Je l’ai invité sur mon album alors que d’habitude, c’est toujours lui qui invite les chanteuses à collaborer avec lui. En plus, il n’a pas du tout participé à la musique ou aux paroles, il est tombé amoureux de cette chanson et de ma voix. C’est Christophe Casanave, qui travaille aussi beaucoup avec lui, qui m’a fait la surprise. C’était comme si la chanson avait été écrite pour nous deux. C’était évident que ca devait être lui, il représente vraiment ce que je cherchais. Il m’a redonné de l’oxygène et de l’espoir en acceptant ce duo. Je vois ça comme un énorme coup de pouce pour mon deuxième album. 
Musique.evous.fr  : Peux-tu me raconter l’histoire de quelques chansons en particulier qui t’ont marquée sur l’Album ? 
Najoua BELYZEL : Sur la chanson Viola, je rends une sorte d’hommage à Katoucha, qui s’est beaucoup battue pour les droits des femmes et qui a disparu accidentellement dans la Seine en 2008.
Il y a un titre de l’album qui s’appelle L’Ame exilée et qui me tient particulièrement à cœur. J’ai voulu parler du diable d’une façon différente en évoquant le sentiment de malaise, de mauvaises ondes. Certains appellent cette période une dépression, une crise d’angoisse, mais je vois plutôt ça comme une épreuve où il faut se battre contre de mauvais anges qui viennent te déstabiliser, contre tes propres démons. C’est assez proche de la schizophrénie finalement. Cette chanson est vraiment sublime, avec des chœurs et du piano. 
J’adore aussi le morceau Ma vie n’est pas la tienne, qui parle de la personne dans une relation qui essaye de prendre le dessus, sur la vie, les gestes et les mots de l’autre. Je pense plutôt que deux personnes sont complémentaires. Ca marche pour toutes les situations, que ce soit dans le travail, en amitié, en amour. 
Il y a aussi Née de l’amour, qui représente ce que j’aurais aimé être. Parfois, j’ai l’impression d’avoir 10 000 ans, d’être super ancienne et d’avoir une espèce de savoir que les autres n’ont pas et qui va beaucoup leur apporter. 
Musique.evous.fr : Y a-t-il des sujets que tu n’as jamais osé aborder dans tes chansons ? 
Najoua BELYZEL : Sur l’album précédent, rien ne manquait. J’ai pu aborder des thèmes qui m’étaient chers, même si je ne me suis pas toujours sentie libre, notamment pour la chanson Rentrez aux USA, parce que je voulais vraiment la sortir comme 4ème single. J’aurais voulu faire une suite à Docteur Gel, un morceau qui s’appelait "Le Pendu", mais je n’ai pas voulu remettre le couteau dans la plaie, une fois que c’est enterré, je trouve que ca ne sert à rien. 
Après, pour le deuxième album, j’ai été très marquée par les infanticides et les nombreuses affaires de bébés congelés. J’ai commencé à écrire un texte sur les "bébés reborn", de faux bébés qui servaient à l’origine pour le cinéma. J’ai vu des reportages sur des femmes qui n’ont pas pu avoir d’enfants et qui sont parties dans une sorte de spirale, commandant des faux bébés pour les mettre dans des vraies chambres d’enfants. Mais je me suis dit que ca risquait de faire un peu peur, que c’était un thème un peu trop spécial...
Musique.evous.fr : Es-tu impatiente de remonter sur scène pour défendre tes nouvelles chansons ? 
Najoua BELYZEL : Oui, je suis très impatiente. Je ne peux pas m’avancer sur des dates précises mais je sais que je ferai plutôt des concerts intimistes, parce qu’aujourd’hui, pour faire un énorme concert, il faut s’appeler Indochine, Björk ou Madonna ! Mais il y aura quand même des tableaux, je ne serai pas toute seule avec une guitare. Je chanterai des chansons du premier et du deuxième album, ainsi que des morceaux qui ne sont ni dans le premier, ni dans le deuxième. 
 

 

 

 

 

 

 

  [Copyright Programme Musique.evous.fr]