Page Précédente ¤¤¤¤¤¤ LizMag, Le Luxe au Féminin [23 Octobre 2009] ¤¤¤¤¤¤ Page Suivante

 

 
 
 

¤ Interview de Najoua BELYZEL par LIZmag ¤

<> Voir la Galerie Photos

 

Vendredi 23 Octobre2009, Najoua BELYZEL sera en séance photos "Mode" pour le site LIZmag avec lequel Najoua a déjà fait une très longue Interview. Le tout sera diffusé très prochainement...
 
LIZmag : Le nouvel album est attendu pour le 23 Novembre 2009. À la première écoute, on a l'impression que c'est un album plus noir que le précédent. C'est le cas ? 
Najoua BELYZEL : S'il faut donner une couleur à l'album, oui, peut-être. Pour moi, c'est une continuité. Certains vont ressentir quelque chose de plus large, de plus universel, d'un peu plus ouvert. Il y en d'autres qui vont le trouver un peu plus précis, un peu plus détaillé, un peu plus autobiographique, un peu plus personnel. Moi, ce que je peux dire de cet album là c'est qu'il me correspond d'avantage que le premier. "Au Féminin", c'est un Album beaucoup plus clair pour moi parce qu'il reflète ce que je suis aujourd'hui.
LIZmag : Vos textes sont toujours engagés. Vous évoquez l'amour, la religion, la guerre, la pédophilie, la famille... Est-ce que tout ce que vous chantez est autobiographique ?
Najoua BELYZEL : Et bien, je suis une "raconteuse d'histoires". Je suis quelqu'un qui est assez éponge et qui écrit sur tout ce qui se passe. J'ai la chance de pouvoir écrire mes propres mots et maux donc il peut y avoir de l'autobiographie et j'essaye d'être la plus vraie possible. "Docteur Gel", par exemple, est autobiographique. J’ai été victime d'abus sexuels quand j'étais très jeune par mon médecin de famille et lorsque j'ai choisi d'écrire cette chanson là, j'étais en colère parce que je n'ai rien dit pendant très longtemps. Le docteur portait vraiment ce nom sauf que je l'ai transformé en "gel" dans la chanson parce que j'ai trouvé que l'idée du froid représente bien la sensation qu'on a pendant qu’on vit ce genre de choses.
LIZmag : "Gabriel", "Stella", "Viola", "Jérémie" & "Denis" sont des prénoms qui servent de titres à certaines de vos chansons. Est-ce un hasard ou un réel besoin de personnifier ce que vous racontez à chaque fois ?
Najoua BELYZEL : Et Benoit ! Pour moi, ce n'est ni un hasard, ni un choix. Au moment de l'écriture, le premier mot qui me vient finit par devenir le titre. Chez les Beatles (parce que moi je suis un grande fan des Beatles), les premières phrases qu'ils chantent constituent souvent leur titre. Parfois, quand j'écris une chanson, il y a un prénom qui arrive au milieu pour personnifier le héros ou l’héroïne de la question. Le prénom Gabriel, par exemple, est arrivé dans une période très spirituelle parce que j'abordais le « Es-tu fais pour lui ? Es-tu fais pour moi ? » Et "il" s’est transformé tout seul en Gabriel. La chanson aurait très bien pu s'appeler "Es-Tu Fait Pour Lui ? Es-Tu Fais Pour Moi ?"  Rien ne vaut un prénom pour raconter une histoire !
LIZmag : Le nouvel Album renferme quelques surprises dont un duo avec Marc Lavoine. Comment s'est passée la rencontre ? 
Najoua BELYZEL : Très naturellement grâce à Christophe CASANAVE. Marc LAVOINE et lui ont travaillé ensemble en 2005 sur le titre "Toi, Mon Amour" qui a connu un certain succès. Début 2009, Marc a rendu visite à Christophe Casanave qui travaillait sur mon deuxième album. Il a écouté "La Bienvenue" par curiosité et il a adoré. Ensuite, il a écouté "Viola" et il est tombé en amour du texte et de la mélodie. Au fur et à mesure, cette chanson est devenue un duo que je me suis retrouvée à enregistrer avec lui et qui a pris une dimension différente de par l’intervention d’une voix masculine. Marc LAVOINE m'a appris plein de choses et donné beaucoup de conseils comme un grand frère.
LIZmag : L’album contient aussi une reprise du titre "Viens" de Marie Laforêt…
Najoua BELYZEL : Cette chanson a une histoire particulière. Il y a deux à peine, je ne connaissais Marie LAFORET que de nom parce qu'elle était apparue au cinéma ou au théâtre mais pas pour sa musique. Un soir, Christophe CASANAVE a tenu absolument à me montrer une vidéo. C’était une prestation de Marie Laforêt qui chantait "Viens" dans une émission télévisée en noir en blanc. Elle pleurait et interprétait le texte avec beaucoup d’émotion, c’était fabuleux et j’en ai pleuré, moi aussi. Christophe Casanave m’a fait remarquer des similitudes entre ma façon de chanter et celle de Marie Laforêt. Je suis très vite tombée amoureuse de cette chanson et de cette artiste et je me suis mise à rêver d'un duo qui n’a finalement pas pu se faire mais j’ai quand-même enregistré le titre. Mon nouvel album contient finalement un duo avec Marc Lavoine et non avec Marie Laforêt mais ils ont les mêmes initiales « ML », c’est rigolo. 
LIZmag : Savez-vous que cette chanson est en réalité une adaptation du titre "Rain, Rain, Rain" de Simon BUTTERFLY ?
Najoua BELYZEL : Oui, je sais que c'est, à la base, une chanson anglaise qui a été adaptée en français.
LIZmag : Ce même Album contient une très jolie ballade dont le titre "Fille d'Orient Ou d'Occident" soulève une question qui vous tient à cœur. Avez-vous trouvé la réponse ?
Najoua BELYZEL : Non, et, en réalité, c'est une question qui n’attend pas vraiment de réponse. Je suis peut-être les deux ou bien ni l'une, ni l'autre. J’ai écrit cette chanson par rapport à mes origines et à ce qui se dégage de moi. On me questionne souvent pour savoir si je suis du coté égyptien ou marocain, si je me sens plutôt occidentale ou orientale. Et moi, je me demande pourquoi ces gens me posent ces questions là. 
LIZmag : L’écriture vous passionne mais l’image est tout aussi importante et on le voit notamment dans vos vidéos qui sont toujours très soignés. Est-ce que vous choisissez seule le scénario et la mise en scène de vos clips ou s’agit-il de propositions extérieures ?
Najoua BELYZEL : Les offres : non ! J’écris avec Christophe CASANAVE. On forme un duo et on a déjà des idées alors pourquoi aller les chercher ailleurs? Pour moi, l’image est importante car elle est la métaphore de la chanson à travers laquelle on peut faire passer des émotions qu’on n’a pas réussi à faire passer avec les mots. Parfois, c’est compliqué ou carrément pas faisable. En tout cas, c’est toujours un défi de proposer quelque chose de différent et j’aime cela.
         
       
   

Photographe Chris KMOOG

   
LIZmag : On ne peut pas évoquer la vidéo sans penser au cinéma. Est-ce que vous avez des envies de cinéma ?
Najoua BELYZEL : Non. Il faudrait déjà que j'arrive à m'équilibrer dans mon domaine et, après, on verra. Je ne pense pas à cela car mon histoire, c'est les mots et les chansons donc, pour l’instant, je n’ai pas envie de faire de cinéma ou de théâtre.
LIZmag : Votre nouveau single s’intitule "M (Hey Hey Hey)". Qui est M ?
Najoua BELYZEL : "M", c'est tout simplement une chanson fun mais avec un message. Un message à l’attention des gens qui me comparent à Mylène FARMER et qui finissent par dénigrer mon travail. Depuis "Gabriel", on a essayé d'étouffer ce que j'étais en train de faire en me disant que j'étais sa copie et cela m’a fait du mal. Plutôt que d'en parler tout le temps et de me mettre en colère, j’ai préféré en faire une chanson. J’ai l’impression que je n’ai pas le droit d’utiliser tel ou tel mot dans une chanson parce que Mylène FARMER l’a fait avant moi alors j’ai choisi un refrain sans mots. C’est une chanson qui s’adresse aussi à ces personnes qui ont essayé de faire du sabotage parce qu’ils m’ont ressenti comme une menace ou un danger pour je ne sais qui alors qu'en réalité, si on écoute mes chansons avec le coeur, on se rend bien compte qu’on ne fait pas du tout la même chose.
LIZmag : Envisagez-vous de monter sur scène dans un futur proche ?
Najoua BELYZEL : Bien sûr ! En tout cas, je l’espère car c’est important. Je n’ai pas fait beaucoup de scène et je pense qu’un artiste qui ne fait pas de scène est incomplet donc j'ai hâte d'aller à la rencontre du public.
LIZmag : Au début de votre carrière, vous avez été perçue par les médias comme une nouvelle icône gay. Ne craignez-vous qu’on en remette une couche à cause d’une chanson comme "Jérémie" ?
Najoua BELYZEL : Non, pas du tout. Quand j'ai écrit "Jérémie", je savais quelle direction cela prenait. Je savais très bien que cela allait être la chanson gay-friendly de l'album mais jamais je n'ai eu la prétention de quoi que ce soit, encore moins d’être une icône. "Jérémie" est une chanson légère et dansante qui aborde l'actualité de l'orientation sexuelle : la bisexualité. En réalité, Jérémie n’est pas homosexuel, il est bisexuel et cela le rend encore plus libre que les autres. Il est heureux, rêveur et bien dans sa peau. Il inspire la joie de vivre, il intrigue autour de lui. Tout le monde veut lui ressembler. C'est un héros, en fait. Ce garçon est dans sa bulle, il s’imagine même mettre au monde un enfant donc il voit son ventre gonfler. Je soulève aussi le sujet de l'homoparentalité parce que, finalement, Jérémie va se rendre compte qu'il ne pourra jamais avoir d'enfant parce qu’il n’en a pas les attributs et que ce n'est pas naturel, alors, à la fin de la chanson, il adoptera.
LIZmag : Lisez-vous la presse en général ou seulement celle qui vous concerne ? 
Najoua BELYZEL : J'adore lire les magazines féminins sur la mode donc je suis abonnée à Elle, Vogue, Glamour, Grazia, Citizen K... La presse, ce n'est pas que je la lis, c'est que je la collectionne (rires). 
LIZmag : Votre rapport à l’exposition médiatique est très pudique puisque vous avez toujours gardé une certaine distance et une réserve. Comment vous sentez-vous pendant l’exercice d’une interview en général ?
Najoua BELYZEL : Cela dépend de l'état dans lequel je suis mais, en général, je déteste parler de moi-même si ce n'est en chanson. Les questions posées font beaucoup aussi. L’échange avant même que l’interview ne commence est important puisqu’il détermine l’atmosphère et la suite. Par exemple, j’aime beaucoup cette interview.
LIZmag : En plus de l'interview, vous avez joué au mannequin lors d’un shooting exclusif pour notre éditorial ‘Mode’. Quels sont vos créateurs préférés ? 
Najoua BELYZEL : Stella McCartney, j'aime beaucoup. J'aime aussi Balmain, Chloé, Balenciaga pour le délire futuriste qu’il a eu. J'ai suivi la fashion-week mais je n'ai pas tout vu. J'ai adoré Karl LAGERFELD pour Chanel. J'aime bien Marc JACOBS. Il y a aussi John GALLIANO. Pour le prêt à porter, je suis addict à Sandro, Maje, See by Chloé. Pour les chaussures, je suis fan de Christian LOUBOUTIN, je viens même de m'offrir ma première paire. Après, j'aime les trucs un peu fous tout en cultivant la simplicité mais le coté graphique est important pour faire attirer.  J’adore le shopping mais j’arrive à avoir une certaine retenue sur les choses.
LIZmag : Pour les lecteurs de LIZ MAG qui arrivent à la fin de cette interview, avez-vous un Message ou une Pensée ?
Najoua BELYZEL : Oui, j’ai une pensée et je leur souhaite plein de bonheur, sincèrement. Et je garde un très bon souvenir de ma collaboration avec l'équipe du Magazine. Je vous remercie très fort !...

Découvrez le nouveau clip de Najoua ' M '

 

   Le Luxe au Féminin :: Magazine Internet dédié à la Beauté Féminine